Gaïdig Le Moing, la Bretonne inspirante de We Moë

We Moë, le projet de cette jeune Finistérienne bouscule les conventions et entend bien s’imposer en France. Le but, favoriser le droit à l’initiative des personnes en situation de risque de santé, afin que chacun ait le droit à l’initiative qu’il mérite.

 

“L’objectif est de permettre l’accès à l’emprunt bancaire aux personnes qui ont une problématique de santé les empêchant d’obtenir un prêt et donc de réaliser un achat immobilier ou alors d’investir pour leur entreprise”, explique clairement Gaïdig Le Moing.

 

Dans une société de plus en plus individualiste, des projets solidaires se créent, se développent et fonctionnent. La preuve en est, l’association We Moë a déjà reçu de nombreuses distinctions depuis sa création en juin 2017, notamment Lauréat du Prix Fondation Cognacq 2017 (catégorie Vision), et du Prix Économie Sociale et Solidaire (ESS) Bretagne 2017. L’association totalise une dotation de 40.000€, de quoi accélérer le développement de ses projets.

Crédit photo : We Moë

Assurance emprunteur face aux risques de santé, un système pas toujours fiable.

C’est après un refus de prêt pour « raison médicale » que Gaïdig décide de fonder We Moë. En effet, en 2010, à l’âge de 22 ans, elle eut un accident vasculaire cérébral sans séquelle. Mais plus tard, lorsqu’elle envisage d’acheter un appartement, les problèmes commencent. Comme le veut la procédure, elle doit souscrire une assurance emprunteur et remplir un questionnaire de santé. Du fait de son AVC, après examen du dossier, elle se voit refuser son prêt. C’est alors, qu’elle prend conscience du problème que rencontrent de nombreuses personnes. Avec le temps, des réflexions se construisent.

En 2016, Gaïdig crée un fond de garantie afin que plus personne ne puisse être confronté à un « refus d’emprunt pour raison médicale » et que chacun puisse être accompagné dans ses démarches.

We Moë vient en aide aux personnes physiques (particulier ou professionnel) qui ont financièrement accès à l’emprunt, mais qui ne peuvent pas le concrétiser, du fait de leur état de santé (les pathologies concernées : le cancer, le diabète, la dépression …).

 

We Moë veut instaurer un contrat collectif

Gaïdig Le Moing explique qu’il y a deux grands volets dans l’association, une partie consacrée à l’accompagnement des personnes et une autre qui va plus loin, qui est la création de nouvelles garanties solidaires.

Crédit photo : We Moë

We Moë va tout d’abord aider les personnes à avoir accès à une information claire et désintéressée car en France, il existe des dispositifs qui sont censés favoriser l’accès à l’emprunt bancaire quand il y a un risque de santé.

La Finistérienne souhaite également parvenir à « la mise en place d’un contrat collectif pour mutualiser et annuler le risque. Il s’agit d’arriver à un équilibre des conditions financières ». Elle vise aussi la mise en œuvre d’un fonds de dotation, qui fonctionnerait comme un fonds de garantie, afin de combler les manques.

We Moë veut apporter des perspectives aux gens, grâce à un système solidaire, où tout le monde aura les mêmes garanties.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur wemoe.fr

 

Soutenez We Moë avec la Fabrique Aviva

Actuellement, We Moë concourt à la Fabrique Aviva qui récompense des projets de développement de l’économie sociale et environnementale, et de l’innovation citoyenne.

Pour l’aider, vous pouvez soutenir son projet sur aviva.fr/LaFabrique

La Fabrique Aviva – Soutenez We Moë

 

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer